Docsmartinez

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - interne

Fil des billets

mardi, janvier 13 2009

Tuishou

samedi, décembre 6 2008

Kunlin Zhang lors de La Nuit des Arts Martiaux Traditionnels 2008

Chose promise, chose due, voici quelques extraits de l'intervention de Maître Kunlin Zhang* à la Nuit des Arts Martiaux Traditionnels !
J'ai finalement sélectionné uniquement le Bagua et le Xing-Yi.
Merci à José d'avoir filmé et à Sébastien de m'avoir remis l'enregistrement ;)
Merci également à Kunlin et Cathy pour leur aimable autorisation et la copie vidéo.

* D'abord quelques formes du Youshen Bagua Zhang :


* et leurs applications :


* Un peu de Xing-Yi :


* et ses applications :

*Kunlin Zhang :
- 7ème Dan Officiel Français en Arts Martiaux, 
- Membre Officiel du Comité Technique de la Fédération de Qi Gong et Arts Energétique (FEQGAE), 
- Membre Officiel du Comité Technique de la Fédération de Wu Shu (FWS), 
- Jury de 2ème niveau en Arts Martiaux en Chine.

* et en bonus un peu de Taiji :

jeudi, novembre 6 2008

Jérôme Ravenet

Je ne cesse de la dire dans cette rubrique : le bagua est méconnu en france et par conséquent, il est difficile de trouver des informations sur cet art interne majeur.

C'est sans doute ce qui me vaut le succès de mes interventions ici, sur ce blog. Quoique peu nombreux, il y a quelques francophones qui atterissent ici parce qu'incapables d'étancher leur soif ailleurs. :)

Je vous avoue que je n'y vois aucune objection, et que je suis heureux de partager avec vous le peu que je sais, le peu que je vois.

Cependant, depuis quelques temps, j'ai l'impression diffuse que le bagua se fait plus visible sur le net, on trouve notamment de plus en plus de vidéos, parfois de grande qualité.

Voici, par exemple, un teaser sur un documentaire qui semble en préparation autour du bagua et d'un de ces représentants francophones et occidental : Jérôme Ravenet.


Teaser Ba Gua Zhang from guinaudeau on Vimeo.

Cette vidéo est très bien réalisée, espérons que le documentaire saura apporter tout autant de qualité, à la fois dans le fond et la forme.

Jérôme Ravenet, ancien professeur de philosophie est également le coauteur avec Maître Liu, d'un ouvrage intitulé : Transmission vivante du Ba Gua Zhang.

Je n'ai pas l'honneur de le connaître, je n'ai pas non plus encore lu son livre, mais j'apprécie sa façon de pratiquer, son style souple avec des appuis bas.


Les réalisateurs de ce très beau teaser sont en manque de financements pour aboutir leur projet de documentaire :

Cela me fait plaisir de voir que cette vidéo vous intéresse et que vous l'ayez appreciée. Malheureusement, ce projet, qui a débuté il y a déjà un an, est pour l'instant arrêté. En effet, il reste un gros travail de montage et nous sommes actuellement en manque de financement. C'est pourquoi nous ne pouvons nous permettre de mettre la priorité sur ce projet. Il faut dire, nous ne sommes que deux jeunes de 23 ans à réaliser entièrement ce film et aujourd'hui, il est difficile de se poser pour concrétiser ce projet.

Si certains d'entre vous se sentent l'âme d'un mécène ou pensent pouvoir les aider, n'hésitez pas !

mercredi, novembre 5 2008

Bagua, Taichi, Xingyi, les 3 arts internes majeurs

Nous entamons la 4ème année de Bagua au côté de notre Sifu Cathy !

Nouveauté pour cette saison 2008-2009, quelques zhang de Xingyi viennent s'ajouter à notre pratique du bagua.

Le centre Jing Ming propose maintenant l'enseignement des 3 arts internes majeurs ! En parallèle, vous pouvez également vous initier à la méditation, au laogong ou au Qi Gong.  

À propos de Qi Gong, bravo à Cathy pour le livre écrit avec Kunlin : Qi Gong - La porte de la vie !

Enfin, quelques mots sur le xingyi et sa différence avec le bagua... à l'aulne de ma toute jeune expérience

Le XingYi est un style plus saccadé, plus cassé. Il se dégage une plus forte impression de FaJing, c'est à dire d'explosion de force. Mais comme pour le Bagua, relaché et souplesse sont essentiels !

Allez trève de bavardage et passons à la pratique avec cette belle démonstration de Maître Yang :

dimanche, juin 1 2008

Stages arts internes - Paris le 15&16 mars 2008

Deux mois et demi après la tenue de ce stage, je me décide enfin à vous en parler ... Mieux vaut tard que jamais, n'est-ce pas ?

Premièrement, il ne s'agissait nullement d'un stage de bagua (:s) mais d'un stage d'arts internes à l'intention des pratiquants déjà un minimum avancé (pas de débutant quoi !).

Arts internes oui mais lesquels ?! Tout simplement, les trois arts "majeurs" : le Taichi, le Xing-yi et le Bagua.

Dans la pratique, nous avons particulièrement insisté sur le Taiji et le Bagua, avec une nette prédominance pour le 1er art d'ailleurs. :)

Mais, qu'importe, dans les arts internes, les techniques ne sont rien, seule la pratique, la sensibilité et le "modelage" du corps sont importants.

Si j'avais compris ce concept jusqu'alors, je ne l'avais jamais ressenti aussi charnellement que cette fois-ci. Les arts internes ne sont pas un enchaînement chorégraphié de frappes, esquives et contre-attaques mais un apprentissage du mouvement, une façon d'apprivoiser son corps et sa sensibilité. Pas simplement pour se battre comme des chiffoniers - fussent-ils chinois - mais pour préserver ... préserver sa vie, sa santé, sa famille ... protéger.

En art interne, on ne pare jamais violemment une attaque, on l'accompagne, on caresse pour sentir la force et l'amener là où elle ne nous provoquera aucun tort.

C'est ainsi que l'on peut voir un maître mettre au sol un professeur expérimenté, sans violence, sans voir la force qui met au sol.

De la même façon, j'ai ressenti cette force qui se pose tout doucement mais inexorablement sur vous et qui vous cloue au sol. Je remercie Marc d'ailleurs pour son accompagnement durant ce week-end, pour ces "leçons" jamais magistrales, toujours précises.

Puisque j'en suis aux remerciements, merci à tous ceux que j'ai eu la chance de croiser durant ces deux jours :

  • Maître Kunlin, généreux et plein de joie dans la transmission de son savoir,
  • Cathy, notre cher professeur émerite qui nous guide depuis 3 ans et plus,
  • Marc, cité plus haut,
  • Seb et Alexandre, camarades de club trop heureux d'avoir participer à ce stage,
  • Anne, Stéphane et tous les autres dont malheureusement j'ai oublié le prénom :p

Si les arts internes m'ont appris une chose, c'est, quand vous êtes en haut de la montagne, de ne pas hésiter à reculer de quelques pas pour voir combien le paysage est grandiose ! :)

mercredi, janvier 30 2008

Bagua 2008

youshen bagua zhangUne  nouvelle année, de nouveaux élèves mais toujours autant de passion.

Notre professeur (Catherine Bousquet) a emménagé dans une nouvelle salle au mois de septembre dernier. Peu à peu, un nouveau groupe naît, les étudiants sont tous très différents mais tous partagent ce goût commun pour ce wushu très spécial. Cette nouvelle salle est un creuset où se mêlent des générations différentes, des professions différentes et où tout le monde est attentif  aux conseils de notre professeur qui nous transmet l'art fluide et élastique de la boxe des huits trigrammes.

Je souhaite à tous de progresser à tout niveau, pas seulement en arts martiaux, grâce à la pratique du youshen bagua zhang. Bonne année 2008 !

lundi, mars 5 2007

Un e-groupe dédié au Youshen Bagua Zhang

Comme je ne cesse de la dire dans mes billets sur le Bagua, il n'y a que très peu d'informations francophones sur cet art interne. Et si l'on s'intéresse au style Youshen, on ne trouve quasiment rien ni en français ni en anglais à l'exclusion du site de Maître Kunlin Zhang et ... de mon blog :)

Je tente donc une expérience : la création d'un e-groupe dédiée au Youshen Bagua Zhang.

Si cet art vous intéresse, si vous voulez communiquer avec les quelques pratiquants de part le monde, cliquez sur l'imagette ci-dessous :

jeudi, février 8 2007

Du wushu... un peu de bagua

Une jolie vidéo très stylée ... rien à ajouter si ce n'est que le duel final est une belle démonstration de Bagua.

lundi, février 5 2007

Des applications de Bagua en vidéo


Une belle démonstration de bagua style cheng par Maître Yang.
Plusieurs caractéristiques communes à tous les bagua sautent aux yeux :
  • En observant Maître Yang, on s'aperçoit très vite de son ancrage au sol et de la rapidité de ses déplacements, changements d'appui,
  • Tous ses mouvements sont effectués dans une grande décontraction musculaire, ce qui est fondamental dans les arts internes,
  • Les esquives et contre-attaques sont essentielles et typiques du bagua,
  • Les torsions et vrilles des poignets et de la taille sont également un particularisme de cet art interne.

mercredi, janvier 17 2007

La lignée du Youshen Bagua Zhang

Si le Bagua est bien connu de nos amis chinois, en France, c'est un art confidentiel. C'est encore plus vrai pour le style que maître Kunlin Zhang a apporté en France en 1992 : le youshen bagua zhang.

Je vais tenter ici d'expliquer comment le youshen bagua zhang s'est transmis depuis sa création par Dong Hai Chuan au début du 19ème siècle.

Dong Hai ChuanOn ne sait pas clairement si le bagua zhang est une invention totalement originale de Dong Hai Chuan ou si c'est un art ancien que le célèbre pratiquant en arts martiaux aurait révolutionné. Mais une chose est sûre, la marche en cercle, qui est à la base de tous les styles de bagua zhang, lui a été enseigné par des moines taoïstes. Il s'agissait pour ces moines d'un exercice de travail sur l'énergie et la tranquilité de l'esprit, un mantra taoïste.

Dong Hai Chuan, âgé d'une quarantaine d'années, maria avec génie cet art du déplacement, subtil mais efficace, avec sa connaissance des arts martiaux. Le bagua zhang naquit petit à petit entre ses mains expertes, un art rendant le pratiquant sans prise à la force de l'adversaire et toujours capable de glisser sur lui pour le toucher sans s'opposer.

La légende nous dit que Dong Hai Chuan partit à travers la Chine pour aider le peuple victime de l'oppression du pouvoir. Cette impudence lui valut une mise à prix de sa tête qui l'emmena à se réfugier à la cour de Su Wang dans la famille de l’empereur à Pékin. Un jour de fête, alors que Dong Hai Chuan officiait en tant que serviteur, l'Empereur découvrit le Bagua Zhang. Impressionné par le maître qui virevoltait parmi les invités, franchissait les murets de la cour du palais sans se déséquilibrer, les mains prises par des plateaux chargés de thé, il l'invita à se présenter. L'inventeur de "l'art de la paume qui tourne" expliqua alors sa pratique à l'Empereur et parvint même à vaincre le capitaine de la garde. Sa performence fut si convainquante que Su Wang le nomma immédiatement maître d'armes du des gardes du palais.

Tout le personnage de Dong Hai Chuan baigne dans une aura mystérieuse : que ce soit sur la genèse de son art, sur son statut douteux d'eunuque à la cour de l'Empereur, sur son passé possible de brigand, sur son extraordinaire agilité ...

Dong Hai Chuan n'enseigna son art qu'à des combattants exceptionnels, des artistes martiaux confirmés. Cela explique sans doute les désaccords et les différences de styles actuels. Shi Ji Dong, troisième élève de Dong Hai Chuan, qui accueilla le vieux maître dans sa maison à la fin de sa vie, enseigna les huits premières paumes à Han Fu Shun.

A la fin de sa vie, Dong Hai Chuan qui avait beaucoup d'estime pour Han Fu Shun l'emmène parcourir la chine pendant 3 ans. Il lui enseigna les 64 paumes (youshen Bagua zhang) et fit de lui le garant de cette forme peut-être la plus riche de toute.

Dans les années 1920, Wu Jun Shan, disciple de Han Fu Shun, fut le doyen de la 1ère université d’arts martiaux chinois à NANJIN, université réservée aux soldats. Inventeur de techniques de baïonnettes inspirés de la lance de bagua, il partit à travers toute la Chine pour perfectionner sa connaissance de la boxe des huit trigrammes auprès d'autres experts de cet art.

Durant la guerre sino-japonaise, il se réfugia à Kunming, capitale du Yunnan, où de nombreux maîtres taoïstes continuaient à officier en cachette. Il prit alors comme disciple un professeur de l'armée : Jian Xun Pei qui cessa toute pratique martiale pour se consacrer aux 64 paumes du youshen bagua zhang.Kunlin Zhang & Catherine Bousquet

En 1968, Kunlin Zhang - alors âgé de 14 ans mais ayant déjà une bonne connaissance du wushu - rencontre Jian Xun Pei et abandonne à son tour tous les arts martiaux pour organiser sa vie autour d'une pratique quotidienne avec son Maître, qui le conduira à la maîtrise de la forme complète des 64 paumes.

En 1992, il rejoint la France avec son épouse Catherine Bousquet, première occidentale (et premier occidental aussi !) à avoir appris cette forme rare et d'autant plus précieuse. Ils fondent ensemble le centre Likan où vont être formés les premiers élèves français.

Près de 15 ans plus tard, Catherine Bousquet ouvre l'ilot Tao (maj 2010 : nouveau club, nouvelle salle => chineetsante.free.fr); elle enseigne de façon traditionnelle cette forme complexe qui demande patience et perséverance. À nous et à tous ceux que cet art intéresse de poursuivre la lignée ...


lundi, janvier 1 2007

Arts internes et combat

Il est commun de diviser les arts martiaux chinois en deux catégories : les arts internes et les arts externes.

Pourtant les uns comme les autres relèvent d'un même art : le Wushu gong fu, l'art de se préserver. Pas simplement un ensemble de techniques de combat mais une voie pour préserver son corps, sa santé, son psyché.

Les arts martiaux chinois externes ne sont pas simplement un sport de combat !

À l'inverse, les arts internes (comme le Bagua Zhang ou le Taïji quan) ne sont pas qu'une gymnastique douce pour bobo en mal d'ésotérisme ou pour vieillard cacochyme.

L'image étant la preuve reine de nos sociétés, voici une démonstration vidéo de l'efficacité du Tai Ji Quan comme technique de self-défense. Remarquons que, si en quelques années, on peut obtenir un bon niveau de boxe, il faut au moins dix ans pour obtenir un tant soit peu la maîtrise d'un Wushu.

mercredi, avril 12 2006

Le retour

Les cours ont lieu à l'ilôt central à Dax (40 - Landes), à l'ilôt Tao.

Depuis la rentrée 2007, l'école a déménagé et changé de nom : centre Jing Ming

vendredi, mars 31 2006

Le Youshen Bagua Zhang de Kunlin Zhang

« Se déplacer comme un dragon, tourner comme un singe, changer de posture comme un aigle. »

Il y a maintenant plus d'un an, mon frère et moi découvrions le Youshen Bagua Zhang grâce à l'arrivée dans notre salle de Catherine Bousquet, premier disciple occidental de Kunlin Zhang, maître chinois d'une forme dite du "corps souple" de l'art du Bagua Zhang. Difficile d'accès aux premiers abords, le bagua nous a très vite passionné parce que c'est à la fois une forme martiale vraiment à part mais aussi un art interne qui apporte beaucoup physiquement et mentalement.

Le Bagua Zhang s'il est le deuxième art interne le plus populaire en Chine après le Taï-Chi est méconnu en Occident. La forme Youshen encore plus ! Il est donc très difficile de trouver des informations ailleurs que dans un club ...

Ce que je peux en dire du haut de ma toute toute petite pratique ...

D'abord que le Bagua n'a rien à voir avec le Karaté... Ce n'est pas non plus du "Kung-Fu"... Je pense qu'il ressemble un petit peu à de l'Aïkido, ce qui paraît logique quand on sait que maître Ueshiba (l'inventeur de ce dernier) s'est beaucoup inspiré du bagua !

Le Bagua n'est pas un style de combat direct et dur comme la boxe, le karaté, le kick-boxing. Il est plus proche de l'art de la guérilla que de l'art de la guerre. En Bagua, on ne s'oppose pas aux forces adverses, on "coule" comme l'eau, sans laisser de prise à la force de l'adversaire et en restant toujours capable de glisser sur lui pour le toucher sans s'opposer à lui.

C'est un art assez "féminin" pour les occidentaux que nous sommes. Les premiers cours ont d'ailleurs dégoûté beaucoup de participants du fait de leurs côtés danse martiale.

Inventé par Dong Hai Chuan au 19ème siècle, le Bagua est à la fois un art récent et millénaire puisque reposant sur les principes du Taoïsme. Son inventeur a toujours visé l'efficacité, contre plus grand et plus fort que soi. On vise donc en permanence à ne jamais contrer la force de son adversaire (normal il est plus costaud), à esquiver, vriller, visser puis contrer en visant des points vitaux ou faibles (les articulations par exemple).



Tous nos remerciements à Cathy pour son enseignement et sa disponibilité !